lundi 28 avril 2008

Cochon d'Allemand de Knud Romer



Roman désenchanté et amère sur l'enfance, ce "Cochon d'Allemenand" de Knud Romer est lourd et pesant. Même s'il nous offre quelques scènes croquignolesques, la vie de ce fils d'Allemande mariée à un Danois, ressemble à une humiliation permanente et à un défi quotidien d'intégration. Constat réaliste d'un fils d'émigrée ou vision déformée de l'enfance? Knud Romer y répond grâce à une écriture enjouée et volubile.*****


"Elle faisait la vaisselle au son du "Appelez-nous et jouons", passait l'apirateur en écoutant le concert de midi, cigarillo entre les lèvres et vodka dans un verre. Des passages de Beethoven, de Brahms et de Tchaïkovski se mêlaient aux bourdonnements de son aspirateur, un Nilfiste: des parties longues dans l'entrée, des coups saccadés dans la salle à manger dont le tapis avait besoin d'un traitement supplémentaire. Une fois le silence et la propreté restaurés, je portais le sac à poussière dans le garage. Et tout- la musique, les toussotements, les voix, les applaudissements- allait à la poubelle. Quand je soulevais le couvercle pour jeter un coup d'oeil dedans, quelques mesures de la Pastorale s'en échappaient parfois, sentant le moisi et les pommes fermentées."

Cochon d’Allemand
de Knud Romer
Editeur : Les Allusifs
Publication :15/8/2007

3 commentaires:

Fabienne a dit…

Merci pour cette tentation littéraire ...

Stéphane a dit…

>>Fabienne: Petit livre qui mérite qu'on y jette un oeil...

goelen a dit…

j'avais beaucoup aimé cette lecture aussi !