lundi 16 juillet 2007

Les Fleurs du Mal?

Le Guignon

Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe, il faudrait ton courage !
Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage,
L'art est long et le temps est court.

Loin des sépultures célèbres,
Vers un cimetière isolé,
Mon cœur, comme un tambour voilé,
Va battant des marches funèbres.

- Maint joyau dort enseveli
Dans les ténèbres et l'oubli,
Bien loin des pioches et des sondes ;

Mainte fleur épanche à regret
Son parfum doux comme un secret
Dans les solitudes profondes.


Charles Baudelaire- Les Fleurs du Mal

(25 juin 1857 , première édition des Fleurs du Mal, il y a 150 ans tout juste!)

1 commentaire:

Valérie a dit…

"Je laisse à Gavarni, poète des Chloroses,
Son troupeau gazouillant de beautés d'hôpital,
Je ne puis trouver parmi ces pâles roses
Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal"
Extrait de "L'idéal" des "Fleurs du mal" de Charles Beaudelaire... mon poète préféré..