mardi 6 mars 2007

Les Bienveillantes de Jonathan Littell

Quel roman !

« L’obersturmbännfürher » (lieutenant-colonel SS) Aue nous décrit avec une terrible cruauté froide le génocide de Juifs, de minorités (tziganes, homosexuels…) et Bolcheviques lors de l’embourbement de l’armée allemande sur le front de l’Est (lors de la guerre de 1939-1945 et de l’offensive Barbarossa). Le roman impressionne par sa description détaillée et mécanique de l’élimination par millier de ces populations envahies.



J’ai trouvé les 150 premières pages difficiles à cause de la multiplicité de termes germaniques (moi qui ne parle pas un mot d’allemand !). Mais plus on avance, plus l’ouvrage prend aux tripes et déroute le lecteur car c’est à partir des yeux de cet officier SS que nous assistons au récit technique, d’une « purification » planifiée et d’une organisation administrative nazie impressionnante. Cet officier est un homme cultivé, lecteur assidu de Platon et Flaubert, musicologue averti et passionné des œuvres de Wagner, Rameau et doté d’une véritable finesse d’esprit. Il nous laisse perplexe face aux atrocités qu’il commet ou qui sont perpétrées sous ses yeux par les Einsatzgruppen car comme il le dit si bien lui-même dans une phrase terrifiante : «Je suis un homme comme les autres, je suis un homme comme vous. Allons, puisque je dis que je suis comme vous!» ...

Cette fresque hallucinée (912 pages quand même !) est un roman fort, très fort, éclairant les bas fonds de l’identité humaine. Vous n’en sortirez pas indemnes!


* Les Bienveillantes renvoie à une tragédie d'Eschyle, Les Euménides. Les Érinyes étaient les déesses vengeresses qui persécutaient les hommes coupables de parricide ou matricide, le pire des crimes. Oreste, qui a tué sa mère Clytemnestre pour venger son père Agamemnon, est poursuivi par les Érinyes ; mais la déesse Athéna plaide en sa faveur et les Érinyes se changent alors désormais pour Oreste en Euménides, c'est à dire "les Bienveillantes".



* Les Bienveillantes, Gallimard, 25 €

5 commentaires:

civetta a dit…

sur le meme sujet, y a "La part de l'autre" de Eric Emmanuel-Schmidt; pas lu, mais je l'ai chez moi! ça raconte en gros "si Hitler avait été son autre soi-même"...

Lisanka a dit…

Je suis en train de le lire ;-)

Stéphane a dit…

Lisanka: Merci de me faire part de tes commentaires

Lilly a dit…

J'ai prévu de lire ce livre d'ici quelques temps (peut-être quand il sortira en poche). J'adore l'Histoire, même si cette période est assez douloureuse à découvrir...

dasola a dit…

Très grand roman et je garde un souvenir inoubliable de Littell lui-même qui m'a dédicacé son livre lors d'une des rares séances signatures qui a eu lieu en sa présence.